Afrique Science
Revue internationale des sciences et technologie
Précédent   Bas de page   Suivant   Signaler cette page   Version imprimable

Vol.11, N°2 (2015)

Article

Analyse des précipitations annuelles à la station de Yaoundé de 1895 à 2006


Samuel Aimé ABOSSOLO, University of Yaoundé I, Department of Geography, Cameroun
Joseph Armathée AMOUGOU, University of Yaoundé I, Department of Geography, Cameroun
Mesmin TCHINDJANG, University of Yaoundé I, Department of Geography, Cameroun
Marin Silvère MENA, University of Yaoundé I, Department of Geography, Cameroun
Romain Armand Soleil BATHA, University of Yaoundé I, Department of Geography, Cameroun

Date de publication : 1 mars 2015

Résumé

Dans le cadre des changements climatiques, nous nous proposons pour la station météorologique de Yaoundé, située dans la région du climat équatorial classique, d’étudier le comportement des pluies interannuelles. A ce jour, cette station est confrontée à diverses perturbations pluviométriques : Sur le plan de la pluviométrie mensuelle, les mois de décembre, de janvier et de février certes appartenant à la grande saison sèche n’enregistrent parfois aucune pluie. Or cette situation n’est pas normale entre 1926 et 2006 avec des moyennes de 21,4 mm pour le mois de janvier, 51 mm  pour le mois de février et 135.7 mm pour le mois de mars. Certains de ces mois enregistrent des précipitations largement supérieures à la normale. C’est le cas de janvier 1975 avec 98 mm ; de  février 1969 avec 125,9 mm et de décembre 1964 avec 97,5 mm. Sur le plan saisonnier, les répits pluviométriques des grandes saisons sèches s’érigent dans la plupart des cas à de véritables sécheresses. C’est le cas de 1987 qui a enregistré que 24,6 mm de précipitations durant les mois de décembre, janvier et février au lieu de 94,1mm en moyenne au total. Dans le même ordre, nous notons une modification dans la distribution des précipitations saisonnières. En outre, la petite saison sèche semble enregistrer de plus en plus des précipitations que jadis. Quant aux précipitations interannuelles, il ressort qu’il y a non seulement une diminution, mais aussi un prolongement des années sèches et, un déphasage entre l’arrivée des premières et la fin des dernières pluies.




Liens

Pour citer cet article


Samuel Aimé ABOSSOLO, Joseph Armathée AMOUGOU, Mesmin TCHINDJANG, Marin Silvère MENA et Romain Armand Soleil BATHA. «Analyse des précipitations annuelles à la station de Yaoundé de 1895 à 2006». Afrique Science, Vol.11, N°2 (2015), 1 mars 2015, http://www.afriquescience.info/document.php?id=4597. ISSN 1813-548X.





Revue électronique internationale publiée par l'ENS d'Abidjan (Côte d'Ivoire) en partenariat avec l'Université d'Abobo-Adjamé (Côte d'Ivoire), l'ENS de Rabat (Maroc) et l'Université Hassan 2 de Mohammédia (Maroc) avec le soutien de l'Agence universitaire de la Francophonie (AUF)
ISSN 1813-548X