Afrique Science
Revue internationale des sciences et technologie
Précédent   Bas de page   Suivant   Signaler cette page   Version imprimable

Vol.11, N°5 (2015)

Article

Contribution à l’étude de précision de relance à main du ballon par le gardien de but du football


Germier RAVELOMANANTSOA, Ecole Normale Supérieure de l’Université d’Antananarivo, Madagascar
Dieudonné Solofonirina RAVELOMANANTSOA, Faculté des Sciences de l’Université d’Antananarivo, Madagascar
Fréderic ASIMANANA, Faculté de Sciences de l’Université d’Antsiranana, Madagascar
Ernest RATSIMBAZAFY, Ecole Normale Supérieure de l’Université d’Antananarivo, Madagascar
Christopher Michaël NANDRASANAMAMPIONONA, Lycée technique de Miarinarivo Itasy, Madagascar

Date de publication : 1 septembre 2015

Résumé

La pratique footballistique de haut niveau actuelle requiert surtout, une approche par la biologie et par les sciences humaines et les sciences expérimentales. Pour les illustrer, nous misons sur la prestation des gardiens de but pour maximiser l’efficience de ses gestes lors de relance à la main du ballon. La précision de cette relance repose sur la contraction excentrique du muscle qui est la suite logique de l’action produite par la contraction allongée. Elle requiert un élan vers le haut et l’avant du gardien de but pour créer une quantité de mouvement. Elle actionne les muscles fléchisseurs du coude et crée une série de contraction concentrique et de contraction excentrique. En conséquence, après la dynamique de l’effort et l’ajustement de la fonction circulatoire instantanément débute un effort prévalent dans la pratique du football.

De ce fait et quel que soit la distance de la cible, la relance à main est plus précise par rapport à la relance au pied. La durée de l’impulsion s’accroit si la distance de la cible est très  importante. Si la durée de l’impulsion est longue, la force exercée est grande et la quantité de mouvement diffusée au ballon est plus élevée. Et c’est en fonction de la distance du lieu de la cible que la vitesse du ballon diminue et inversement, la distance de la cible augmente. Ainsi, la baisse de la vitesse dérive de la description parabolique de la trajectoire suivie par le ballon. Ce qui justifie qu’il subit une force d’attraction terrestre et un frottement du vent.




Pour citer cet article


Germier RAVELOMANANTSOA, Dieudonné Solofonirina RAVELOMANANTSOA, Fréderic ASIMANANA, Ernest RATSIMBAZAFY et Christopher Michaël NANDRASANAMAMPIONONA. «Contribution à l’étude de précision de relance à main du ballon par le gardien de but du football». Afrique Science, Vol.11, N°5 (2015), 1 septembre 2015, http://www.afriquescience.info/document.php?id=5299. ISSN 1813-548X.





Revue électronique internationale publiée par l'ENS d'Abidjan (Côte d'Ivoire) en partenariat avec l'Université d'Abobo-Adjamé (Côte d'Ivoire), l'ENS de Rabat (Maroc) et l'Université Hassan 2 de Mohammédia (Maroc) avec le soutien de l'Agence universitaire de la Francophonie (AUF)
ISSN 1813-548X