Article

Effet des engrais biologiques phosphatés sur le rendement des cultures légumières sur des sols ferralitiques à Madagascar : concombres, oignons et petits pois


Harilala ANDRIAMANIRAKA, Ecole Supérieure des Sciences Agronomiques, Département Agriculture, Université d’Antananarivo, Madagascar
Tatiana RAKOTOSON, Ecole Supérieure des Sciences Agronomiques, Département Agriculture, Université d’Antananarivo, Madagascar
Alexandra RASOAMANANA, Ecole Supérieure des Sciences Agronomiques, Département Agriculture, Université d’Antananarivo, Madagascar
Arthur Anatole ZAFINDRABENJA, Ecole Supérieure des Sciences Agronomiques, Département Agriculture, Université d’Antananarivo, Madagascar
Norosoa Christine RAZAFINDRAMANANA, Ecole Supérieure des Sciences Agronomiques, Département Agriculture, Université d’Antananarivo, Madagascar
Landiarimisa RAMANANKAJA, Ecole Supérieure des Sciences Agronomiques, Département Agriculture, Université d’Antananarivo, Madagascar
Samoelina Vononantenaina ANDRIAMPENOMANANA, Société GUANOMAD Antananarivo, Madagascar
Marie Virginie FALINIRINA, Institut Supérieur de Technologie d’Ambositra, Ministère de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche Scientifique, Madagascar

Date de publication : 1 septembre 2015

Résumé

Dans le but de tester l’efficacité des engrais biologiques phosphatés dans des conditions où les sols sont acides et ont une teneur faible en phosphore, une étude a été conduite avec des cultures légumières (petit pois, concombre et oignon) sur un sol ferralitique dans un dispositif à bloc de Fisher comportant 3 répétitions. Le site d’expérimentation est situé à Anevoka, sur la côte Est de Madagascar. Deux types d’engrais phosphatés tels que le Guanotsar (excrément de chauve-souris) et le Guanobarren (excrément d’oiseau marin de l’île Barren de Madagascar) à dose croissante 200kg.ha-1, 400kg.ha-1 et 600kg.ha-1 associés chacun avec 5t.ha-1 de compost de déchet urbain de la ville ont été comparés au témoin absolu et au témoin compost de déchet urbain. Les trois types de culture sur la parcelle témoin sans aucun apport donnent des rendements plus faibles, suivi par les cultures sur les parcelles témoin compost de déchet urbain. Les trois cultures issues des traitements d’engrais phosphatés Guanotsar et Guanobarren à dose plus faible donne des rendements plus élevés. Les rendements obtenus sont inversement proportionnels à la dose d’engrais phosphatés apportée. L’association des engrais phosphatés avec le compost de déchet urbain augmente l’activité microbienne, par conséquent, la dose significativement forte d’engrais phosphaté diminue le rendement par l’immobilisation microbienne de P de l’engrais.



Pour citer cet article

Harilala ANDRIAMANIRAKA, Tatiana RAKOTOSON, Alexandra RASOAMANANA, Arthur Anatole ZAFINDRABENJA, Norosoa Christine RAZAFINDRAMANANA, Landiarimisa RAMANANKAJA, Samoelina Vononantenaina ANDRIAMPENOMANANA et Marie Virginie FALINIRINA. «Effet des engrais biologiques phosphatés sur le rendement des cultures légumières sur des sols ferralitiques à Madagascar : concombres, oignons et petits pois». Afrique Science, Vol.11, N°5 (2015), 1 septembre 2015, http://www.afriquescience.info/document.php?id=5342. ISSN 1813-548X.