Afrique Science
Revue internationale des sciences et technologie
Précédent   Bas de page   Suivant   Signaler cette page   Version imprimable

Vol.12, N°1 (2016)

Article

Étude botanique, évaluation de l’activité anticandidosique de Hunteria eburnea et de sa toxicité sur les cellules humaines


Yao KANGA, Laboratoire de Botanique, Unité de Formation et de Recherche Biosciences, 22 BP 582 Abidjan 22, Université Felix Houphouët Boigny, Côte d’Ivoire. email : kanga.yao@yahoo.fr
Camara DJENEB, Laboratoire de Botanique, Unité de Formation et de Recherche Biosciences, 22 BP 582 Abidjan 22, Université Felix Houphouët Boigny, Côte d’Ivoire
Goueh GNAHOUE, Laboratoire de Biochimie et de Microbiologie, Ecole Normale Supérieure (ENS), 08 BP 10 Abidjan 08, Côte d’Ivoire
Nathalie GUESSENND, Institut Pasteur, Laboratoire de Bactériologie, Côte d’Ivoire
Kouadio BENE, Laboratoire de Botanique, Unité de Formation et de Recherche Biosciences, 22 BP 582 Abidjan 22, Université Felix Houphouët Boigny, Côte d’Ivoire
Alain Serge AMBE, Laboratoire de Botanique, Unité de Formation et de Recherche Biosciences, 22 BP 582 Abidjan 22, Université Felix Houphouët Boigny, Côte d’Ivoire
Guedé Noel ZIRIHI, Laboratoire de Botanique, Unité de Formation et de Recherche Biosciences, 22 BP 582 Abidjan 22, Université Felix Houphouët Boigny, Côte d’Ivoire

Date de publication : 1 janvier 2016

Résumé

Les mycoses sont des maladies graves provoquées par des champignons microscopiques pathogènes. Elles représentent un véritable problème de santé publique car leur traitement est particulièrement difficile aussi bien du point de vue chirurgical que sur le plan chimiothérapeutique. Dans le but d’apporter notre contribution à la lutte contre les mycoses en forte recrudescence, nous avons évalué et amélioré par partition dans l’ethanol  l’activité antifongique de l’extrait total aqueux de Hunteria eburnea, plante médicinale de la pharmacopée ivoirienne, sur la croissance in vitro de Candida albicans, puis évalué sa toxicité sur les cellules humaines. La détermination de  la concentration inhibitrice 50 % (CI̽) et de la Concentration Minimale Fongicide (CMF) a permis d’évaluer l’effet de cette plante sur ce germe fongique et les cellules humaines. La CI50 est de 4,62 mg/mL avec une  CMF de 25 mg/mL. Seul l’extrait éthanolique a exercé un effet antifongique sur Candida albicans.




Pour citer cet article


Yao KANGA, Camara DJENEB, Goueh GNAHOUE, Nathalie GUESSENND, Kouadio BENE, Alain Serge AMBE et Guedé Noel ZIRIHI. «Étude botanique, évaluation de l’activité anticandidosique de Hunteria eburnea et de sa toxicité sur les cellules humaines». Afrique Science, Vol.12, N°1 (2016), 1 janvier 2016, http://www.afriquescience.info/document.php?id=5835. ISSN 1813-548X.





Revue électronique internationale publiée par l'ENS d'Abidjan (Côte d'Ivoire) en partenariat avec l'Université d'Abobo-Adjamé (Côte d'Ivoire), l'ENS de Rabat (Maroc) et l'Université Hassan 2 de Mohammédia (Maroc) avec le soutien de l'Agence universitaire de la Francophonie (AUF)
ISSN 1813-548X