Afrique Science
Revue internationale des sciences et technologie
Précédent   Bas de page   Suivant   Signaler cette page   Version imprimable

Vol.3, N°1 (2007)

Article

Résidus de pesticides organochlorés chez les bivalves et les poissons de la lagune de Moulay Bousselham (Maroc)


Benbakhta Bouchaib, Institut national d’hygiène, Département de toxicologie, Av. Ibn Batouta, Agdal, BP 769, Rabat, Maroc
Fekhaoui Mohamed, Laboratoire d’hydrobiologie et écotoxicologie, Institut scientifique, Rabat, Maroc
El Abidi Abdellah, Institut national d’hygiène, Département de toxicologie, Av. Ibn Batouta, Agdal, BP 769, Rabat, Maroc
Idrissi Larbi, Institut national d’hygiène, Département de toxicologie, Av. Ibn Batouta, Agdal, BP 769, Rabat, Maroc
Lecorre Pierre, Laboratoire de chimie marine, Institut universitaire européen de la mer (IUEM), 29280 Plouzané, Brest, France

Date de publication : 1 janvier 2007

Résumé

Le présent travail consiste à évaluer le degré de contamination par les pesticides Organochlorés (POC) des palourdes (Venerupis deccusatua), des moules (Mytilus edulis) et des mulets (Mugil cephalus) collectés au niveau de la lagune de Moulay Bousselham. 12 pesticides organochlorés sont considérés dans cette étude : DDT et ses isomères (DDD et DDE), γHCH et αHCH, aldrine, endrine, diéldrine, heptachlor, heptachlor epoxide,  hexachlorobenzene (HCB) et  α endosulfan.

L’étude a montré une contamination non négligeable par les pesticides organochlorés. Le DDT et ses métabolites présentent les concentrations les plus importantes chez toutes les espèces. Le lindane et ses isomères sont également présents mais à des faibles doses. Les cyclopentadiènes se trouvent sous forme de traces.

Chez les palourdes, les concentrations des pesticides organochlorés varient de 9,2 à 51.72 ng/g (poids sec) avec un maximum détecté au niveau de l’embouchure de l’oued Drader. Les moules étaient moins contaminés que les palourdes, les concentrations varient de 4.53 à 16.81 ng/g. La contamination du mulet par les POC est plus marquée avec des concentrations qui varient de 12.52 ng/g enregistrées au moi de novembre et 82.39 ng/g p.s détectées au mois de mai. La forte proportion du DDE par rapport au DDT montre qu’une bonne partie de la contamination est très ancienne.

Les quantités de pesticides organochlorés relevés chez les palourdes, moules et le mulet de la lagune de Moulay Bousselham ne dépassent pas les limites maximales admissibles dans les produits de pêche. La consommation de ces espèces ne posent pas actuellement de problème de santé publique.




Liens

Pour citer cet article


Benbakhta Bouchaib, Fekhaoui Mohamed, El Abidi Abdellah, Idrissi Larbi et Lecorre Pierre. «Résidus de pesticides organochlorés chez les bivalves et les poissons de la lagune de Moulay Bousselham (Maroc)». Afrique Science, Vol.3, N°1 (2007), 1 janvier 2007, http://www.afriquescience.info/document.php?id=673. ISSN 1813-548X.





Revue électronique internationale publiée par l'ENS d'Abidjan (Côte d'Ivoire) en partenariat avec l'Université d'Abobo-Adjamé (Côte d'Ivoire), l'ENS de Rabat (Maroc) et l'Université Hassan 2 de Mohammédia (Maroc) avec le soutien de l'Agence universitaire de la Francophonie (AUF)
ISSN 1813-548X